Roman / Fiction

Le plongeon interdit de Marie Theulot

Résumé :

Elle est jeune, allemande et juive. Il est jeune, allemand et protestant. Des pancartes “Interdit aux Juifs” sont placardées sur les magasins et dans les lieux publics.

“-Judith, tu n’y penses pas ! Si tu es contrôlée, tu t’imagines la suite ? Ce n’est vraiment pas le moment de faire un caprice.

-Maman, j’y vais avec deux Aryennes, comme disent les nazis. Je laisse ma carte d’identité ici. Comme ça, personne ne pourra vérifier qui je suis et, si ça tourne mal à la caisse d’entrée, je reviens tout de suite. Le soleil brille encore pour tout le monde à ce que je sache. J’ai envie d’y aller.”

C’est justement là, dans une piscine, que ces deux jeunes se rencontrent. Dans un contexte de montée du nazisme, l’horreur et la terreur croisent le fer avec l’amour et l’espoir. L’étau des lois de la dictature nazie se resserre sur une histoire d’amour interdite.

Y survivra-t-elle ?

Plan du livre :

Préface

Avant-propos

  1. Etre juif en Allemagne en 1938

  2. La rencontre en un lieu interdit

  3. La clinique Unter der Linde

  4. Jûrgen chez les Eichenholz

  5. Août 1938

  6. Novembre 1938

Epilogue

Remerciements

Annexes

Bibliographie

Nombre de pages :

194 pages

Mon avis :

Ce roman nous transporte dans l’Allemagne de 1938 dans la ville de Stuttgart. Cette année-là, de nombreuses mesures sont mis en place à l’égard des Juifs pour les exclure un peu plus de la société (interdiction d’exercer leur profession, interdiction de pénétrer certains lieux publics, mise en place d’une carte d’identité pour juifs…).

Dans Plongeon interdit, Marie Theulot revient sur cette époque sombre du llle Reich sous la direction d’ Adolf Hitler. 

Et dans le climat tendu de cette Allemagne nazie, on assiste à la naissance de l’histoire d’amour entre Judith, une adolescente juive allemande, et Jürgen, un jeune allemand chrétien.

 

En réalité, l’amour interdit de ces deux jeunes gens n’est que l’image de fond de ce roman historique qui nous emmène découvrir cette période un peu moins populaire dans la littérature relative à la Seconde Guerre mondiale. 

En effet, il y a de nombreux romans dont le cadre principal est celui de la période des camps de concentration. Mais, on connaît un peu moins celle qui a précédé leur ouverture et cette fameuse nuit de cristal. Une saison rythmée par l’apparition progressive des lois anti-juifs, un climat social qui se détériore, la discrimination…

 

Bien plus qu’une histoire d’amour, je dirais qu’il s’agit de l’histoire d’une famille chrétienne qui vient en aide à une famille juive. 

Une famille qui dans un régime nazi décide de faire passer les valeurs de la Bible avant les lois du pays à l’égard des Juifs.

Ce livre illustre bien les valeurs chères aux chrétiens : l’empathie, le partage, la justice, l’esprit de prière et d’entraide, l’amour, l’hospitalité.

 

 On est touché par ces jeunes qui tant bien que mal cherchent leur place, leur identité dans ce pays qui les rejette, ou par ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette idéologie qui se répand comme une traînée de poudre.

Pendant le récit, on vit ces injustices avec eux, on partage leur peur, leur incompréhension face à tant de haine et leur impuissance. On retient son souffle en se demandant si la famille réussira à fuir le pays à temps.

 

Cette histoire est particulièrement touchante sachant qu’au-delà de la fiction, cela a été le quotidien de nombreuses familles juives.

Conclusion :

Il m’a manqué un peu de profondeur dans l’histoire. J’ai eu l’impression que les scènes et situations étaient juste effleurées par moment. J’aurais aimé que les personnages soient plus développés pour ne pas avoir l’impression de survoler l’histoire, mais de la vivre avec les personnages, car c’est ce que j’aime avec les romans, être transportée . Mais globalement cela reste une jolie lecture.

Ma note : 15 / 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *